Vanitas / Vanité du corps
Flesh & Blood

France, 2009.
Terre chamotée noire, émaillée/// Black chamotte earthenware, red glaze. 

Le corps est représenté à travers un travail sur la matière, en terre chamotée noire et émail rouge sang. La vanité promet un «par delà la chair et la périssabilité».

Ce sont les orbites vidées qui regardent la maladie de la vie. La décrépitude de la chair, double enveloppe emprisonnant du vide, est la vérité du corps. Elle inscrit la mort dans les tissus même de l'homme. La décomposition, le pourrissement, le flétri, les plis et déplis sexués du magma organique deviennent à la fois répugnants et séduisants.
Banaliser la mort, objectiver le corps sont des phénomènes pervers d'une société de consommation où le corps sexuellement désorganisé est en perte d'identité. Ici, cette ambivalence, se traduit par la métamorphose de l'os en chair, qui devient à son tour néant de carnation et redouble la vanité.
Il s'agit d'une destruction de l'os par la matière.


//The body is represented through a work on the clay, in black chamoté earth and blood red enamel. Vanity promises a "beyond flesh and perishability". It is the empty orbits that look at the disease of life. It is the decrepitude of the flesh, a double envelope imprisoning emptiness, the truth of the body. It inscribes death in the very tissues of the man. The decomposition, the rotting, the withering, the sexual folds and unfolds of the organic magma become both repugnant and seductive. To banalize death, to objectify the body are perverse phenomena of a consumer society where the sexually disorganized body is in a loss of its identity. Here, this ambivalence, is translated by the metamorphosis of the bone into flesh and redoubles vanity. It is a destruction of the bone by the matter itself.


(CC) CHARLOTTE CORNATON